•  

     

     

    Quand on aime... on y retourne !

     

    Je vous ai montré récemment notre balade à 3 faite fin décembre entre le col de Joux Plane et le sommet qui domine Samoëns, Morillon et surtout Verchaix, puisque la Bourgeoise est située sur le territoire de cette dernière commune.


    La route qui relie Samoëns à Morzine passe à 1 690 m d'altitude, alors que le sommet géographique culmine à 1 712 m, un peu au-dessus du lac. 

    Le lac, en hiver, sert de piste pour le ski de fond : il est préalablement vidé de son eau et des poissons qu'il contient ; un beau domaine est tracé à ce niveau lorsque les conditions d'enneigement sont insuffisantes dans la vallée.
    Si cette option exige des pratiquants de monter jusqu'au col, elle fait le bonheur de Rolande, la propriétaire du restaurant qui accueille les touristes et les sportifs avec entrain.

     

    Pour notre part, nous avons pris le même chemin (enfin, la même trace !) qu'en décembre, avec 2 compagnes en plus : Christine et (une autre) Martine se sont ajoutées à Grazia, Martine et moi.

    Nous n'étions pas seuls ce dimanche : de nombreux autres amateurs de paysages avaient choisi comme nous cette balade facile, quoi que pour certains que nous avons vus, la pratique de la raquette ne paraissait pas très évidente !  wink2
    Je blague gentiment, chacun a son niveau et parfois son appréhension vis-à-vis de la neige, l'essentiel est de le faire.

     

     

     

     

              1.  les panneaux et quelques balises orange marquent la piste piétons/raquettes pour que tous n'aillent pas s'égayer
              sur la piste de ski de fond qui passe à proximité, ce qui n'est pas compris pas tous...

    Balade d'hiver : la Bourgeoise (3)

     

              2.  un beau ciel bleu et le soleil présidaient cette journée

    Balade d'hiver : la Bourgeoise (3)

     

              3.  vue vers le sud : le Mont-Blanc et la Pointe de Sales à gauche, le plateau des Saix presque à droite de la photo

    Balade d'hiver : la Bourgeoise (3)

     

              4.  en contrebas comme sur toutes les pentes, la neige avait cet aspect ridé dû aux fortes pluies survenues après
              des chutes de neige : un relief qui a surpris même les pures savoyardes que j'accompagnais !

    Balade d'hiver : la Bourgeoise (3)

     

                                             5.  un des chalets de Mapelet ; la Bourgeoise est sur la gauche, derrière
                                            un sapin !

    Balade d'hiver : la Bourgeoise (3)

     

             à suivre...

     

     


    2 commentaires
  •  

     

     

     

    Mathonex est un des nombreux lieudits de Samoëns ; il est situé en bordure du territoire communal, en limite avec le village voisin Verchaix, à une altitude comprise entre 850 et 1 000 m environ.

    Mathonex est connu pour sa chapelle (une des 9 chapelles de Samoëns), fondée en 1656 ; détruite à la fin du 19è siècle par un éboulement, elle a été reconstruite en 1901.

    Ce hameau est surnommé « le village des Anglais » car ils sont nombreux (comme un peu partout à Samoëns, il est vrai) à avoir acquis ici une résidence, principale ou secondaire.

     

    Christine, Martine et moi sommes allés nous promener autour de Mathonex, en partant de Plampraz ; notre petit tour de presque 2 heures nous a fait revenir par la route qui relie Samoëns au col de Joux Plane (D354) : nous sommes ainsi toujours restés au soleil, que nous n'avions guère vu depuis de nombreux jours dans la vallée !


    Au gré de nos pas, nous avons surpris 3 cerfs qui remontaient le coteau ; lorsque j'ai compris qu'ils allaient franchir la petite route forestière sur laquelle nous étions, je me suis vite avancé de 100 m et j'ai pris quelques photos « à la volée » au moment où ils arrivaient sur la route ; elles ne sont pas terribles, mais j'ai eu le plaisir de les voir traverser et de se fondre dans le bois en disparaissant dans la pente très marquée.

     

     

     

              1.  une ferme ancienne qui paraît plus haute que le Criou (2 220 m) !

    Balade à Mathonnex

     

              2.  

    Balade à Mathonnex

     

              3.  un frère de Christine nous l'a fait remarquer quelques instants auparavant : cette année, les sommets sont
              intégralement blancs (sauf les parties verticales comme cette paroi ouest du Criou) grâce à l'enneigement important

    Balade à Mathonnex

     

              4.  en plein contre-jour, la silhouette de la chapelle et un arbre envahi par le gui

    Balade à Mathonnex

     

              5.  le 1er cerf qui soit arrivé sur la route : une vision de quelques instants et une photo recadrée avec un avant-plan
              disgracieux (mais bon...) ; l'animal hume, m'a-t-il senti ? De toute façon, il n'était pas là pour rester longtemps...

    Balade à Mathonnex

     

              6.  le 2è cerf apparaît à son tour ; cette photo le montre mieux que la première que j'ai prise de lui, où il est
              statique, la bouche plus ouverte et « la bistouquette » prête à servir, une attitude que l'on retrouve habituellement
              en période de rut

    Balade à Mathonnex

     

     

     


    4 commentaires
  •  

     

     

     

    Quelques photos pour terminer ma courte présentation de cette édition.

     

    Pour la photo n°1, je me suis posté vers le bas du raidillon qui prenait naissance dans une ligne droite, un peu comme la branche gauche d'un « y ».

    Le premier attelage qui s'est présenté devant moi a connu une mésaventure : les chiens de tête ont un long moment refusé d'emprunter cette descente, voulant absolument aller tout droit alors que leur musher commandait de prendre à droite !

    Un pilote de motoneige de l'organisation, qui se trouvait à l'intersection, a par deux fois « attrapé » et tiré les 2 chiens de tête pour les diriger vers le raidillon, mais la reprise a pris du temps !

    Le résultat est cet emmêlement des chiens placés au 2è rang : le chien noir doit normalement se trouver sur la droite du blanc aux yeux cernés de marron, qui paraît bien s'accomoder de la permutation.
    Le rendement de l'attelage n'est peut-être pas au top...

    La brillance des yeux n'est pas due à de la fièvre mais à l'emploi du flash en (faible) appoint dans cette zone assombrie par les arbres et le contre-jour.

     

     

     

              1.

    La Grande Odyssée 2018 (2)

     

                                             2.  ce musher a stoppé son attelage pour laisser un peu de distance avec
                                            l'équipage qui le précède au moment de plonger dans la descente
                                            Les chiens sont prêts à bondir !

    La Grande Odyssée 2018 (2)

     

              3.  cette photo et la suivante ont été prises alors que nous étions sur le chemin du retour, la lumière du jour commen-
              çant à bien baisser
              Nous avons soudainement entendu un bruit : celui d'un traîneau qui arrivait dans un secteur tout en courts virages,
              et nous ne nous y attendions pas !

              J'ai visé et déclenché en me doutant que la photo ne serait pas réussie (le temps de pose est de 1/5è de seconde pour
              la photo n°3, 1/13è pour la n°4, à 1 000 ISO), mais cet effet « fantôme » est (un peu) amusant, non ?
              La teinte bleutée dominante est due à la température de couleur de la lumière : il commençait à faire frisquet et moins
              clair.

    La Grande Odyssée 2018 (2)

     

              4.  en arrière-plan, la montagne du Criou et une limite de la neige assez haute 

    La Grande Odyssée 2018 (2)

     

     

     


    2 commentaires