•  

     

     

     

    Après la route horizontale qui suit la traversée du barrage d'Émosson, nous arrivons aux panneaux qui indiquent les itinéraires ; pour nous, ce sera la troisième pancarte.


    En s'élevant tranquillement dans la gorge de la Veudale, nous trouvons quelques bouquets de rhododendrons encore fleuris.

    La montée n'est pas difficile (sauf peut-être pour ceux qui craignent le soleil) et permet d'arriver à un point haut situé à une altitude supérieure à celle du barrage du Vieux Émosson (photo 5).

    En descendant vers le lit du torrent Nant de Drance, quelques passages sont équipés de chaînes pour aider à la descente comme à la montée ; nous découvrons alors petit à petit le pied du barrage où se déroulent des travaux.

    Des hommes et des véhicules disparaissent dans le ventre du barrage, comme avalés par celui-ci : un peu impressionnant...

     

     

     

     

                                        1.

    Randonnée : les barrages d'Émosson

     

              2.  au début du sentier, vue en arrière sur le barrage d'Émosson

    Randonnée : les barrages d'Émosson

     

              3.  sur la gauche, la Tour Salière (3 218 m), sur la droite, le Bel Oiseau (2 628 m)
              On voit le barrage de Barberine, habituellement submergé ; l'eau de la retenue d'Émosson est plutôt grise, cela est
              dû à la fonte importante de la neige.

    Randonnée : les barrages d'Émosson

     

              4.  progression en terrain rocheux

    Randonnée : les barrages d'Émosson

     

              5.  nous allons quitter le sentier qui monte vers le col de la Terrasse pour traverser en direction de la cabane du
              Vieux Émosson, dont l'emplacement montre une belle confiance dans la solidité du barrage  yes

    Randonnée : les barrages d'Émosson

             à suivre...

     


    4 commentaires
  •  

     

     

    Début juillet, Martine et moi sommes allés sur le site du barrage d'Émosson, en Suisse.


    Cet endroit n'est pas très éloigné de chez nous en ligne droite, mais il faut pour cela traverser un bon secteur de montagne...

    Par la route, l'itinéraire passe par Sallanches, Chamonix, Le Châtelard et représente près de 90 km pour se terminer par une rude montée qui a servi d'arrivée lors de 2 compétitions cyclistes (Critérium du Dauphiné Libéré en 2014, Tour de France en 2016).

     

    "Le" barrage d'Émosson représente la partie la plus visible du site, qui comprend en réalité 3 barrages :

    - le barrage de Barberine (du nom du torrent sur lequel a été bâtie la retenue et de l'alpage qui s'est trouvé submergé),  construit de 1920 à 1925 ;
    - le barrage du Vieux-Émosson (mis en service en 1955), le plus élevé à 2 205 m d'altitude, qui permettait d'envoyer dans la retenue de Barberine plus de 13 millions de m³ d'eau ;
    - le barrage d'Émosson (altitude 1931 m), construit de 1967 à 1972 sur le torrent la Barberine, qui peut contenir jusqu'à 225 milions de m³ d'eau.


    Au-dessus du barrage du Vieux-Émosson, association des noms du lieu-dit Vieux - issu d'un terme latin signifiant veuf, lieu isolé - et d'Émosson - déformation du terme "des mossons" (des génisses), qui pâturaient dans l'alpage - il existe un endroit qui montre des traces du passage de dinosaures ; ces traces, déposées sur une plage de sable il y a 230 millions d'années, ont été fossilisées et ont été conservées de manière miraculeuse.

    Nous n'y sommes pas allés, l'aller et retour représente environ 1h 30' de marche en plus par rapport au barrage du Vieux-Émosson qui était notre destination.

    Cette randonnée n'est pas très longue et ne présente pas un fort dénivelé, mais il y a plusieurs passages un peu techniques qui nécessitent d'avoir de bonnes jambes et même "de mettre les mains" pour aider à la descente ou à la montée.

    (informations techniques sur les barrages grâce à Wikipédia)

     

     

     

              1.  vue prise à proximité du parking, elle montre le barrage d'Émosson et, rigoureusement au centre, le petit triangle
              clair qui est le barrage du Vieux-Émosson

    Emosson

     

              2.  le couronnement et le pied de ce barrage ; entre les 2 : 180 mètres !
              Si le barrage est large de 8 mètres au sommet, sa base en mesure... 45 ; la longueur est de 560 m.

    Emosson

     

              3.  dès le début de la balade, une jolie vue sur le massif du Mont-Blanc

    Emosson

     

              4.  on aperçoit le barrage de Barberine et la différence entre lui et le niveau maximal de la retenue, soit 45 m

    Emosson

     

              5.  cette curieuse installation est une passerelle "repliable" qui est utilisée en hiver en cas de fort enneigement
              Dans ce cas, les pétons passent à environ 8 mètres au-dessus de la route où nous étions.

    Emosson

             à suivre...

     


    4 commentaires
  •  

     

     

     

    Depuis plusieurs semaines, une opération de déboisage est en cours dans la montagne entre Morillon et Samoëns.

    Le but ? Créer 4 nouvelles pistes de ski et construire une remontée mécanique (TSD6, télésiège débrayable à 6 places) entre la combe de Coulouvrier et le nouveau plateau de la Tête des Saix, ceci dans le cadre de la construction du Club Méditerranée de Samoëns.

    Des pistes ont été supprimées, et une est devenue inutilisable en avril 2016 à la suite d'un glissement de terrain (la "Vélarge" qui reliait les Saix à Vercland).

     

    Après que les équipes de bûcherons aient coupé et ébranché les arbres, les troncs sont emportés deux par deux par un hélicoptère AS 332C1 "Super Puma" construit par la société Aérospatiale, appartenant au groupe français SAF International et loué à la société suisse Heli-TV.


    Après un court vol de 1 à 2 km, les troncs sont déposés sur le parking des résidences de la station des Esserts (Morillon 1100), où sont également stockés des éléments des pylônes de la future remontée mécanique.

     

    Chaque rotation prend entre 2 et 3 minutes, le "ballet" est bien réglé : dès que les troncs sont décrochés, un opérateur récupère l'élingue qui les relie, un engin mécanique soulève un tronc et le positionne pour qu'il soit tronçonné à la bonne longueur (celle de la remorque du camion qui l'emportera) puis l'engin range le tronc sur la pile.

    Juste le temps pour cet engin porteur et pour les opérateurs de s'éloigner, l'hélicoptère apparaît avec une nouvelle charge.

    Nous avons pu aussi assister à une opération de ravitaillement en carburant (photo n°5), qui a pris environ 5 minutes avant que l'appareil s'envole pour une nouvelle rotation.

    Cet appareil comsomme 620 litres par heure pour une vitesse de croisière de 250 km/h.

     

     

     

              1.

    débardage

     

                                                          2.  dépose de la charge sur la pile déjà constituée ; le personnel au sol
                                                         s'est éloigné

                             débardage

     

                                 3.

    débardage                         

     

              4.  le tronc a été positionné contre une butée, il est coupé à la bonne longueur

    débardage

     

              5.  le Super Puma fait le plein, 2 fûts de 220 litres sont sur son côté tribord

    débardage

     

              6.  redécollage pour d'autres rotations

    débardage

     

     

              Je serai absent quelques jours... Je vous souhaite une bonne semaine.

     

     


    6 commentaires