•  

     

    Voici la fin de notre randonnée...
    La descente (5 km) nous a paru longue, et dure pour les genoux ; il faut dire qu'ils ne sont plus très jeunes  sarcastic

    Au gré de nos pas, nous avons pu encore admirer les paysages qui se déroulaient sous nos yeux après chaque courbe du chemin. Il permet à quelques véhicules d'aller jusqu'au refuge (pour son approvisionnement), et aux alpagistes de monter plus aisément jusqu'à leur troupeau avec du matériel.

    Un sentier existe entre notre itinéraire de montée et celui de la descente, passant en partie en forêt.
    Je ne sais pas si ce bois est lui aussi habité par des êtres ou des animaux pétrifiés pour des années grâce au talent d'un sculpteur amoureux de la nature, du patrimoine de sa région : Siro Viérin est réellement très doué et nous nous souviendrons longtemps de cette balade.

    L'idée et la réalisation en reviennent à Grazia : nous la remercions tous encore aujourd'hui  yes


    Sur la photo n°1, un jeune pêcheur est en attente d'une bonne prise dans le lit du petit torrent issu de la montagne qui domine le refuge.
    On peut deviner que l'endroit où sa canne à pêche était insérée a été cassé ; l'accessoire est donc coincé pour conserver l'illusion, mais la physionomie du personnage est conservée et superbement faite.

    La photo n°2 montre une statue qui mesure environ 1,40-1,50 m : elle est à l'effigie de l'abbé Jean-Baptiste Cerlogne
    (lien vers Wikipédia).

    Sur une plaque fixée dans la roche, en arrière du religieux, un texte écrit en 3 langues (l'Italien, le Français et le patois valdôtain) indique qu'il est le « Père de la poésie francoprovençale en Vallée d'Aoste, auteur d'une œuvre monumentale, dont la grammaire et le premier dictionnaire valdôtain ».

    Né en 1826 à Saint-Nicolas (un petit village situé à 10 km d'Aoste, juste en dessous du lieu de départ de notre randonnée), il y est décédé en 1910.

     

     

     

     

              1.  sur la droite du personnage, 2 poissons (en bois, bien sûr)

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#10)

     

              2.  reproduction de Jean-Baptiste Cerlogne

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#10)

     

              3.  le paysage contemplé par l'abbé ; nous sommes montés en face, sur l'arête

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#10)

     

              4.  « rideau » sur cette superbe randonnée...

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#10)

     

     

     


    6 commentaires
  •  

     

     Les paysages et les statues se présentent les uns à la suite des autres pendant la descente : certaines œuvres sont éloignées - tels les 2 bouquetins de la photo 1 - d'autres sont au bord du chemin, et toujours dans un décor naturel que l'on pourrait imaginer créé rien que pour elles tant « ça colle » à merveille !

     

     

     

     

              1.

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#9)

     

                                             2.  hermine en tenue hivernale

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#9)

     

                   3.  une « Maya l'abeille » version géante, malheureusement à l'ombre : les couleurs sont un peu fades

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#9)

     

              4.  un gypaète barbu plus vrai que nature : nous avons peu d'occasions d'en approcher !

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#9)

     

              5.  pris du bas cette fois, un des bouquetins présents sur la photo n°1

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#9)

             à suivre...

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    Nous avons poursuivi notre descente en cherchant dans le paysage quelle œuvre d'art pouvait y être intégrée.

    Et nous nous rendions compte, alors, que l'emplacement avait dû être choisi avec soin tant « la mise en scène » était parfaite.

    Si l'essentiel des compositions est consacré à la faune, on trouve quelques personnages, certains que vous avez déjà pu voir, et d'autres qu'il nous restait à découvrir...

     

     

     

     

              1.  maître renard a délaissé le camembert au profit d'une grenouille !

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#8)

     

              2.  un couple de faons parmi les épilobes, s'abreuvant au ruisseau

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#8)

     

              3.  un grillon ? un cricket ? en tout cas, une belle réalisation toute en bois

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#8)

     

              4.  le paysage lui-même était d'une grande beauté, avec des tonalités inhabituelles

    Un air d'Italie : le refuge du mont Fallère (#8)

             à suivre...

     

     

     


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique