• Coulouvrier bientôt câblée !

     

     

     

    Mardi 10 octobre, comme plusieurs habitants de la vallée du Giffre, Martine et moi avons "joué les curieux", en allant assister à la livraison du câble de la future remontée mécanique de Coulouvrier sur son site d'exploitation.


    En clair, nous avons souhaité voir quels moyens étaient employés pour acheminer le gros câble porteur du TSD6 (télésiège débrayable à 6 places) qui permettra d'acheminer 3 000 skieurs par heure entre la combe de Coulouvrier et la Tête des Saix, située 2 754 mètres plus loin et 944 mètres plus haut, ce qui en fera le télésiège au plus fort dénivelé d'Europe.

     

    La création de cette nouvelle remontée mécanique sur le domaine du Grand Massif (communes de Morillon et Samoëns) est liée à la construction du Club Méditerranée à Samoëns 1600 ; 4 pistes ont disparu pour libérer du terrain ou pour rénover le parc proposé, mais 4 pistes seront créées à court terme (2 bleues et 2 rouges).

     

    C'est le constructeur autrichien Doppelmayr, basé à Wolfurt (extrême ouest de l'Autriche), qui a emporté le marché de la construction, et qui fournit le câble sujet de cet article.

    Le transport a été assuré par une société suisse, Wipfli, basée à Flüelen (pas très loin de Lucerne) ; 2 camions et leur remorque, porteuse chacune d'un berceau largement dimensionné où était disposé un grand touret sur lequel était enroulée la moitié du câble, sont arrivés dans la soirée du lundi 9 aux Esserts pour que tout puisse commencer de bonne heure le lendemain.


    Quelques chiffres :
    - la longueur du câble : un peu plus de 5 500 mètres
    - diamètre : 55 mm
    - masse : à raison de 11,9 kg par mètre, cela donne (environ) 65 tonnes
    - l'épissure pour rabouter le câble une fois installé sur les pylônes mesurera 1 mètre par millimètre du diamètre, soit 55 mètres !
    - la gare d'aval (qui assurera la mise en tension du câble porteur) est située à 1 161 mètrtes d'altitude, la gare d'amont (motrice) à 2 105 mètres.

    L'ensemble routier pesait 140 tonnes et faisait 47 mètres de long ; 2 camions ont été requis pour répartir la masse afin de ne pas risquer de problème au passage de ponts ou sur des chaussées un peu fragiles.

     

     

     

     

              1.  le second camion, relié au premier par une barre pour assurer une distance constante ; on voit le câble qui vient
              du premier camion

    Coulouvrier

     

              2.

    Coulouvrier

     

              3.  passage sur le pont du Nant Taffon
              La bobine bleue est plus grosse et moins garnie que la grise : elle recevra la totalité du câble une fois que le convoi
              sera arrivé sur place, pour procéder au déroulement... et pour libérer le deuxième camion  

    Coulouvrier

     

              4.  juste après le passage du pont, un tombereau (chargé de terre pour favoriser l'appui sur les roues) s'attèle au
              convoi pour aider dans la montée du raidillon du début du chemin

    Coulouvrier

     

              5.  c'est presque gagné, il ne reste que quelques mètres de côte !

    Coulouvrier

     

              6.  le convoi est à l'arrêt pour que le tombereau décroche son élingue

    Coulouvrier

     

              7.  les 2 camions, toujours solidarisés par la barre, entament leur dernière partie du trajet qui les a amené
              d'Autriche ; la gare d'aval est située à environ 1 km, au bout de ce chemin aménagé exprès pour le transport des
              équipements dont ce câble

    Coulouvrier

     

     

    « Balade en Corse (3) : Bastia (#2)Balade en Corse (4) : les Agriates »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    amivac
    Vendredi 20 Octobre à 08:16

    impressionnant, une sacrée organisation. Un reportage très intéressant, tu devrais le proposer au journal local.

    bises et bon proche we de normandie que je retrouve sous la pluie.

      • Samedi 21 Octobre à 14:43

        Oui, c'était très bien organisé.

        Du personnel de la société de transport (directeur, chauffeurs) était venu "en reconnaissance" pour constater ce qui existait et donner des directives.

        Au moment de monter la bonne pente "glaiseuse" du chemin d'accès au chantier, (ça grimpe bien) les chauffeurs ont pris le temps de tout préparer, ajuster, sous le regard de dizaines de curieux ou personnes concernées : certainement pas très amusant pour eux...

        Et tout s'est bien déroulé.

        Un des 2 camions livreurs est reparti rapidement, le deuxième seulement jeudi 19 après que le câble ait été installé sur les poulies des pylônes.

        Merci pour ton com', bises et bon week-end (avec un temps clément, si possible...).

    2
    Nicole-Lyon-
    Mercredi 25 Octobre à 21:37

    bonsoir Daniel,

    un sujet très bien documenté, avec de nombreux détails, beaucoup de travail en amont pour le reporter!!!!!

    de tels moyens déployés...on imagine bien que des études ont du prouver que l'investissement serait vite amorti....

    (suis peu présente par la force des choses, problèmes de messagerie, et le technicien informatique traine les pieds pour réparer....)

    bises

      • Jeudi 26 Octobre à 06:54

        Coucou Nicole

        Merci pour tes encouragements...

        Oui, si des financiers se sont lancés dans ce projet, c'est qu'ils ont confiance... et j'avoue que cela me laisse sceptique quand même, au vu des changements climatiques observés ici aussi.
        Nous verrons... peut-être :-)

        J'espère que tes soucis vont vite s'envoler ; ah, l'informatique, c'est bien quand ça fonctionne, mais...

        Bises et bonne journée pour vous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :