•  

     

    Nous avons fait, en début de semaine, une escapade de 3 jours en Italie, dans la vallée d'Aoste.

    C'est près de chez nous en traversant le tunel du Mont-Blanc, Aoste est à 125 km et Saint-Vincent, où nous avons passé la première nuit, 32 km plus loin.

     

    Je vous ai déjà montré plusieurs fois des photos de cette région que nous aimons beaucoup, où les habitants sont d'une gentillesse et d'une courtoisie remarquables. Le Français étant une des 2 langues officielles, il est aisé pour nous (bafouillant seulement un minimum d'Italien, et je le regrette...) de nous renseigner et d'échanger avec les commerçants ou quelques personnes que nous pouvons rencontrer.


    La station de Breuil-Cervinia est l'un des nombreux hameaux de la commune de Valtournenche, située dans la vallée qui porte son nom, limitrophe par le nord avec Zermatt en Suisse.

    Cervinia (comme il se dit majoritairement) est une station de ski réputée en Italie, elle est aussi le berceau de l'alpinisme du Val d'Aoste, attiré par le Cervin qui domine le village du haut de ses 4 478 mètres.


    Notre visite était purement « touristique », dans un contexte de balade ; nous avons pu contempler les paysages et l'activité liée à une telle station (commerces, vacanciers, bas des pistes de ski).

     

     

     

     

              1.  paysage d'une forêt de mélèzes pendant la montée vers la station

    Italie

     

              2.  chalet isolé au bord d'un petit lac recouvert de neige

    Italie

     

              3.  le Cervin (Matterhorn pour les Suisses, la frontière passant à son sommet)

    Italie

     

                                             4.  turlututu, clocher pointu !
                                            Église paroissiale de Sainte Marie Reine du Val d'Aoste (1955) 

    Italie

             à suivre...

     

     

     


    votre commentaire
  •  

     

    La neige, que beaucoup attendaient, est arrivée dans notre région, tombant en petite quantité (10 cm) dans la nuit de samedi.

    Mais - il y a un mais... - à peine au sol, elle a reçu la pluie toute la journée du dimanche et la nuit qui a suivi.
    C'est dommage, tout de même : quitte à ce qu'il neige, autant qu'elle reste propre et pour un moment, pour que tous puissent en profiter ou, à defaut, admirer les paysages qui en sont revêtus.


    Comme je n'ai pas pu me rendre « ex situ » pour prendre des photos, je vous en propose quelques-unes des années précédentes.

     

     

              1.  refuge de Bostan (Samoëns), mars 2012

    Hiver présent !

     

                                             2.  la croix de la Bourgeoise, au-dessus de Samoëns, janvier 2010
                                            En arrière-plan, la Pointe percée, 2 750 m (massif des Aravis).

    Hiver présent !

     

              3.  plateau de Cenise (Le Petit-Bornand), mars 2014

    Hiver présent !

     

              4.  chapelle du Verney (Morillon), février 2013

    Hiver présent !

     

     

     


    4 commentaires
  •  

     

    L'hiver, « le vrai hiver » avec son manteau de neige que certains attendent impatiemment et que d'autres exècrent, a quelque peu tardé à arriver dans notre région. Si depuis ces photos le froid et les flocons ont fait leur apparition, jusque début janvier, il fallait aller assez haut pour trouver la poudre blanche et skier dessus.


    Pour beaucoup, cependant, la neige n'est pas vraiment « un cadeau ».
    Bien sûr, elle peut être une source de plaisir, et dans la vallée du Giffre comme ailleurs en montagne, elle est une source importante de revenus, pour les commerçants et les loueurs de gîtes ou de chalets.

    Mais à force de la déblayer, cette neige, pendant des heures, matin et soir et parfois plus, certains en ont plus qu'assez et ne sont pas mécontents de constater qu'à des altitudes de plus en plus élevées, la neige est de moins en moins au rendez-vous.

    Intérêts contradictoires... Pour certains c'est le présent et l'avenir, pour d'autres le passé et un présent redouté.
    Bref, la neige, c'est bien, mais ailleurs. Un peu comme les éoliennes... On veut du courant, mais pas voir de chez soi ces énormes ventilateurs qui le produisent, c'est bon pour « les autres ».

    Depuis des dizaines d'années, la neige est devenue une économie à part entière, et les années où elle se fait rare... ça grince des dents, et on peut le comprendre.

    Mais lorsque l'on constate les effets du changement climatique (à part quelques bornés, on ne peut que constater une évolution, non ?), on peut penser que cette neige, il faudra aller de plus en plus haut pour la trouver et pour en profiter.

    Aujourd'hui, elle est tombée, alors nous ferons « avec » pour quelques mois. Un éternel recommencement, pour le moment...

     

     

     

     

              1.  Samoëns, 24 novembre 2018

    Hiver tardif

     

              2.  Samoëns (le Criou, 2 220 m), 9 janvier 2019

    Hiver tardif

     

              3.  Samoëns, 9 janvier 2019

    Hiver tardif

     

              4.  pour moi, tant que ça dure comme ça, c'est impec !

    Hiver tardif

     

     

     


    4 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires