• Le belvédère d'Aujon à Flaine (1)

     

     

     

     

     

    Fin juillet, nous sommes allés à 6 amis faire une randonnée au large de Flaine, une station de ski de Haute-Savoie qui fait partie du domaine skiable du Grand Massif (Flaine, Les Carroz, Morillon, Samoëns, Sixt-Fer-à-Cheval).

     

    Au-dessus de Cluses et de Sallanches, perchée entre les vallées de l'Arve et du Giffre, Flaine est située sur le territoire des communes de Magland et d'Arâches-la-Frasse ; c'est en fait un ensemble de constructions créé sur 3 niveaux au coeur d'un grand cirque naturel, à 1 600 m d'altitude (avec un maximum à 2 500 m), qui date seulement de 1968 (photo 1).

     

    Les créateurs de ce "village au bout du monde" ont souhaité que les utilisateurs puissent passer de leur logement aux pistes "skis aux pieds" grâce à des remontées directement installées en ville, selon un concept de "station intégrée" d'où les voitures sont absentes, parquées à l'entrée dans plusieurs zones.

     

    On accède à Flaine par une route qui se termine ici ; après une montée en lacets qui passe au col de Pierre-Carrée (1 843 m), la route plonge vers la station en passant devant un groupe de jolis chalets pimpants aux multiples couleurs (photo 2), qui sont esthétiquement ce qu'il y a de plus réussi (ce n'est que mon avis...).

    Ces "chalets norvégiens" sont, paraît-il, d'un prix élevé à l'achat sur le marché immobilier ; j'ai consulté Internet et trouvé que, pour une semaine pendant les prochaines vacances de février, vous devrez débourser 3 315 euros pour occuper un chalet de 125 m² (5 chambres, 10 personnes).

    Le béton utilisé pour les bâtiments de Flaine est censé se rapprocher de la teinte du calcaire qui affleure en plusieurs endroits, pour une meilleure intégration visuelle (photo 1).
    Je ne l'aurais jamais imaginé avant de le lire : Flaine est classée monument historique.

    La station possède son propre réseau de télévision par câble, des gares de télésiège et de télécabine en accès direct avec les pistes, un auditorium de 500 places (concerts de musique classique, de jazz), un centre culturel avec bibliothèque.
    Elle a été la première en France à posséder des canons à neige de culture, une école de ski internationale en 1974, un télésiège débrayable à 8 places (TSD8) en 2000.

    150 personnes y vivent en permanence.

    renseignements tirés de l'article de Wikipédia sur Flaine 
    site web de la station

     

     

     

              1.  les immeubles qui constituent le village-station ; on aperçoit les remontées du centre ville

    belvédère d'Aujon à Flaine

     

              2.  les chalets de type norvégien et, en haut à gauche, les installations du golf

    belvédère d'Aujon à Flaine

     

     

     

    Notre randonnée proprement dite commence par un sentier qui grimpe dans les alpages où séjournait un troupeaux de vaches qui ressemblaient à des Aubrac (je ne suis pas spécialiste !) ; vous pouvez observer (photo 3) qu'elles circulent entre des blocs de roche détachés des parois calcaires.

             3.

    belvédère d'Aujon à Flaine

     

              4.  t'as d'beaux yeux, tu sais ?  Embrasse-moi idiot, c'est vraiment vraiment beaucoup meuh que des mots...

    belvédère d'Aujon à Flaine

     

     

    En avançant vers notre destination, nous arrivons sur un secteur constitué de lapiaz (ou lapiés), zone de roche calcaire entaillée à la fois par le ruissellement des eaux et par cryoclastie, action alternative du gel et du dégel.

    Ce secteur est situé en limite ouest du Désert de Platé, un grand ensemble de lapiaz qui culmine à 2 500 m.

     

    Les fissures peuvent être peu larges et peu profondes (photo 5), mais vous pouvez constater combien elles peuvent évoluer au fil des siècles (...) pour donner des reliefs bien plus prononcés qui conduisent à ce que les lapiaz sont un terrain extrêmement dangereux en présence de brouillard ou par faible enneigement : dans ces cas-là, nous n'y allons pas !

    Sur la photo 6, les arêtes verticales sont coupantes "comme des rasoirs" et j'ai estimé la profondeur du trou visible sur la photo 7 à un bonne quinzaine de mètres.

    C'est donc à 12 (6 randonneurs avertis...) que nous avons parcouru ces lapiaz en direction du belvédère d'Aujon, objet du prochain article ! 

     

              5.

    belvédère d'Aujon à Flaine

     

    6.                                                                                       7. 

    belvédère d'Aujon à Flaine  belvédère d'Aujon à Flaine

     

              8.

    belvédère d'Aujon à Flaine

     

              à suivre...

     

     

     

    « Balade dans le Lot (21)Le belvédère d'Aujon à Flaine (2) »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Liz
    Lundi 17 Août 2015 à 11:13

    Bonjour Daniel

    En France chaque année environ 500 immeubles et 3000 objets mobiliers sont protégés au titre des monuments historiques et quel que soit l'époque. Le bien est évalué en fonction de critères historiques, artistiques, scientifiques et techniques.

    http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministerielles/Monuments-historiques/Histoire-et-missions/La-protection-des-monuments-historiques

     

    2
    Liz
    Lundi 17 Août 2015 à 11:18

    Impressionnant ce terrain calcaire tout fissuré. Que ce soit par beau temps ou brumeux, je ne m'y aventurerais pas.

     

    "C'est donc à 12 (6 randonneurs avertis..." euh vous étiez 12 et vous avez fini à 6 ? Les autres ont disparu dans les failles.

    3
    Mardi 18 Août 2015 à 06:46

    1. : c'est bien ce que je pensais, il n'y a pas de critère esthétique... wink2

    2. : non, non, 0% de pertes, c'est juste mon humour qui n'est pas toujours de mise...
    Ça vaut pourtant le coup de voir de près ces curiosités géologiques, comme par exemple en montant en téléphérique (de Flaine) aux Grandes Platières, où l'on voit des hectares de ces formations craquelées ; y marcher n'est pas plus risqué que traverser certaines rues en ville...
    Bonne journée pour vous.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :