• Démontagnage à Samoëns

     

     

     

     

     

     

     

    Samedi 26 septembre, le reliquat du troupeau de la Gaec "La Valdotaine" de Samoëns a quitté les alpages des Saix, situés à
    1 600 mètres d'altitude.

    Chaque année, 66 vaches laitières passent 4 mois en estive pour brouter une bonne herbe qui succéde à la neige de fin de saison d'hiver, leur lait apporté à la "fruitière" de Samoëns servant à la fabrication du reblochon et de la tomme de Savoie.

    Après ces 4 mois, il était temps de retrouver la vallée et la ferme où les attendaient "les copines" descendues la veille dans une remorque.

     

     

    La descente s'est faite sur la route qui relie Samoëns à sa station d'altitude, en 2 temps : du chalet d'alpage jusqu'à un herbage, prêté pour l'occasion par un ami des propriétaires-éleveurs, puis jusqu'au "terminus", la ferme dans la vallée du Giffre.

    Entre les 2... pause-déjeuner pour les vaches comme pour les humains, mais pas la même chose au menu !

     

    Nous étions 4 pour la première partie, et 8 pour assurer la suite de la descente, sans oublier Djet, la jeune border collie qui effectuait là sa première saison : sa présence s'est révélée précieuse pour rassembler les traînardes lors des 2 départs et canaliser les plus pressées une fois que nous étions arrivés dans la plaine.

    Il ne faut pas croire que ce soit "une journée cool" : accompagner un troupeau qui marche vite - environ 5 km/h avec "des pointes" - sur 13 km, dont 11 en descente, demande d'être très actif ; il faut tenir compte de la circulation (les véhicules qui arrivent en face s'arrêtent vite !, ceux qui suivent peuvent attendre un certain temps l'opportunité de dépasser, lorsque nous le jugeons possible, pour éviter d'abîmer les voitures et que les vaches ne soient blessées) ainsi que des envies qu'ont certaines de fôlatrer, risquant de s'engager dans les bois ou dans l'entrée d'une propriété où une brassée de fleurs ferait les frais de leur passage...

    Alors, nous surveillons, nous courrons parfois (souvent !), et au bout du compte, personnellement, j'en avais "plein mes 2 pattes"  yes

    Mais j'apprécie énormément ces journées - 2 fois par an - où je partage la vie d'une famille amie, où j'ai le sentiment de rendre un peu service à des personnes que j'estime, tout en respectant les vedettes du jour, des poids plume de plus de 500 kilos !

     

     

              1.  photo prise le 30 mai lors de l'emmontagnage : les bêtes arrivent dans ce qui sera leur pâture pour 4 mois.
              Matin et soir, elles sont traites dans la salle aménagée du chalet que vous apercevez au centre de la photo.

    Démontagnage

     

              2.  pause du midi, au soleil

    Démontagnage

     

              3.  c'est l'heure du départ pour les 38 vaches restantes

    Démontagnage

     

              4.

    Démontagnage

     

              5.  on "rabiote" dans le virage !

    Démontagnage

     

              6.  un peu sombre, mais la vue n'est pas moche...

    Démontagnage

     

              7.

    Démontagnage

     

              8.  nous sommes arrivés dans la vallée, le troupeau chemine au bord du Giffre

    Démontagnage

     

              9.  la dernière ligne droite : la ferme est "au bout du museau" !

    Démontagnage

     

     

              10.  le chalet est fermé, il sera entièrement nettoyé (salle de traite, logement, fleurs), les bassins disposés dans les
              différents pâturages seront vidés et démontés avant entreposage (l'hiver, les prés se transforment en pistes de ski,
              il faut donc enlever tout ce qui peut devenir obstacle).

    Démontagnage

     

     

     

    « Automne haut-savoyard près de SamoënsSéjour en Roussillon (1) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    coco
    Mardi 20 Octobre 2015 à 09:43

    Super journée, loin d'être de tout repos, je veux bien te croire! Surveiller, courir et prendre des photos....bravo!

     

      • Mercredi 21 Octobre 2015 à 06:31

        Celui qui pense que retraité rime avec s'encroûter peut venir voir, tout en sachant que d'autres en font autant (ou plus) tous les jours !
        Un peu fatigant, mais très plaisant, c'est ce qui l'emporte.
        Bises et bonne journée pour vous  :-)

    2
    bibi l'ardéchoise
    Mardi 20 Octobre 2015 à 14:44

    Quels beaux paysages et magnifiques animaux !

    J'imagine que cette descente n'a pas du être facile !

    Lors de mes vacances d'ado sur le plateau ardéchois, j'aidais ma cousine à garder les vaches (matin et soir), mais s'occuper d'un troupeau ce n'est pas rien, en plus ces dames ne connaissaient que les expressions patois...

     

      • Mercredi 21 Octobre 2015 à 06:36

        C'est vrai que "ces dames" me regardent d'un drôle d'oeil au début de la journée, mais avec certaines, la confiance s'établit un peu et elles ne se montrent plus craintives ; peut-être pensent-elles tout simplement "il me fatigue, le bipède, avec son 3ème oeil et ses caresses"  sarcastic 
        Les propriétaires, leurs enfants, les connaissent chacune par leur prénom, ça m'impressionne.
        Je te souhaite une bonne journée bibi.

    3
    Mercredi 21 Octobre 2015 à 08:02

    Retraité , c'est quoi ce mot bizarre ????

    Bisous bisous et amitiés

      • Jeudi 22 Octobre 2015 à 06:27

        "Je vous parle d'un mot que les moins de 20 ans (30, 40 ans ?) ..."
        Depuis 5 ans, pour mon cas, c'est une situation que j'apprécie, qui me permet de faire + ce que j'aime, et surtout pas + ce que je n'aime pas !
        Mais la contrepartie se fait souvent ressentir  erf  c'est comme ça...
        Bises et amitiés du Giffre.

    4
    Nicole (Lyon)
    Mercredi 21 Octobre 2015 à 08:54

    superbe! il me semble entendre le son des clarines....

      • Jeudi 22 Octobre 2015 à 06:30

        C'est vrai qu'on les entend bien ! Mais c'est tellement plus agréable que les bruits urbains ou industriels...
        Bises et bonne journée pour vous.

    5
    Liz
    Mercredi 21 Octobre 2015 à 10:14

    Elles sont sportives ces vaches.

    environ 5 km/h avec "des pointes" - sur 13 km, dont 11 en descente

    Vous avez un compteur de vitesse ?

    Alors ces vaches produisent pour le fromage. En avez-vous qui produisent pour les yaourts et d'autres pour le chocolat au lait ?

      • Jeudi 22 Octobre 2015 à 06:36

        Oui pour le compteur de vitesse, ça s'appelle une montre.
        Et non pour le reste.
        Si la fruitière fabrique un excellent fromage blanc, "l'épicerie" s'arrête là ; yaourts et autres douceurs sont produits dans des usines spécialisées avec des laits aux caractéristiques différentes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :