• Confection de fuseaux de lavandin (1)

     

      

    Michèle, notre amie normande, a pu trouver du lavandin grâce à un dealer particulièrement sympa    dans le but de confectionner des "fuseaux", encore appelés "pommes de lavande", avec des rubans de satin ; les rubans font ici chacun 2 mètres de long, pour faire des fuseaux avec 30 brins de lavandin.
    Si vous utilisez plus de brins, un ruban plus long (et éventuellement plus large, pour l'esthétique) devra être choisi.

    Martine en profite pour prendre un cours (et moi aussi, caché derrière mon apn...) : Michèle nous explique qu'il faut un nombre impair de "x1", "x2", "x3", ... brins.
    Pour cette fois, compte tenu de la quantité de lavandin qu'elle a et du nombre d'objets qu'elle souhaite fabriquer, ceux-ci ne seront pas très gros et comporteront 30 brins (15x2) ; le nombre impair (15) est nécessaire pour obtenir une alternance comme dans le tissage.

    Mais assez de baratin, regardez les images !

     

    Je n'ai pas utilisé le flash volontairement, pour avoir des photos plus douces, avec seulement l'éclairage du lustre de la pièce, d'où quelques apparences de flou...
    Et pas doué, j'ai mal cadré et vous ne voyez pas la tête de Michèle : c'est balot, hein ?

     

    Michèle a sélectionné les brins, les a coupés à la bonne longueur et enlève les petites feuilles et les aspérités.
    La photo 2 montre les "bouquets" de 30 brins déjà mis de côté.

    Pom pom pom pom...

    Pom pom pom pom...

     

    Les 2 photos suivantes montrent le nouage du ruban à la base des inflorescences et la vérification de la longueur de "la plus petite moitié" : ici, 74 cm (qui peuvent être portés à 80 cm en fonction de la dimension du noeud de finition).

    Pom pom pom pom...

    Pom pom pom pom...

     

    Il faut ensuite replier un à un les brins sans les casser*, en tenant le bouquet de fleurs en bas, en prenant soin de les disposer comme les rayons d'une roue et non pas tous d'un seul côté.
    À cette étape, la partie du ruban la plus courte est dirigée vers le bas en traversant les fleurs (2ème photo).

    Pom pom pom pom...

    Pom pom pom pom...

     

    Le "tissage" commence alors, en tenant les brins dans votre main la moins "active" (gauche pour un droitier) ; le grand morceau du ruban est sorti du centre des brins repliés (photo) et on commence à le passer alternativement par-dessus 2 brins et par-dessous les 2 suivants, etc.
    En cas d'erreur (ça arrive...), il faut "détricoter" et recommencer...

    Il faut serrer le ruban sans casser les brins, ça ne pose pas de problème.

    Pom pom pom pom...

    Pom pom pom pom...

     

    * Michèle a insisté sur le fait qu'il ne faut pas trop attendre après la cueillette du lavandin, car des brins trop secs deviennent cassants ; elle a donc "démarré" plusieurs fuseaux, les laissant en attente dès que plusieurs tours avec le ruban étaient effectués. La reprise ne pose pas de problème, là non plus.

    Pom pom pom pom...

    Pom pom pom pom...

    Pom pom pom pom... 

     

             à suivre...

     

     

    « Sur la route de Louviers...Confection de fuseaux de lavandin (2) »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 23 Septembre 2013 à 12:39
    j'ai appris à en faire au chouett'club l'an dernier ! Il faut que les tiges soient fraîches sinon çà casse ! Ah ! la lavande de nos grands-mères quand elles ouvraient leurs armoires ! Bons souvenirs. Bisous de Lydie
    2
    Nicole (Lyon)
    Lundi 23 Septembre 2013 à 14:36

    super technique qui permet de profiter longtemps de la lavande, sans que les petites fleurs  ne s'éparpillent partout...

    bravo aux petites mains!!!!!

    merci pour ce post!

    bises

     

    3
    norbert bourhis
    Lundi 23 Septembre 2013 à 15:18

    Tres belle manipulation 

    Je copie la recette , ça pourra servir l'année prochaine

    Avec un petit rayon de soleil du beau pays de la lavande

     

    4
    Mardi 24 Septembre 2013 à 07:17

    1. @milfontaines : ces "fuseaux" changent des petits sacs en tissus provençal, et ça a l'air sympa à faire !
    "Avant", dans les armoires, ça ne sentait pas l'oseille ? ;-)
    Bises et bonne journée au soleil, Lydie.

    2. @Nicole : grâce à cette technique et à d'autres, le parfum d'été durait effectivement plus longtemps. Et c'est bon aussi "pour l'oeil" !
    Bises et bonne journée Nicole.

    3. @Norbert : merci pour le rayon de soleil, que nous enfermerons précieusement dans les fuseaux en prévision des jours gris !
    Bonne journée pour tous les 2 Norbert.

    5
    BrunoRouen
    Mercredi 25 Septembre 2013 à 09:08

    Ce n'est pas un travail pour moi lol

    6
    Mercredi 25 Septembre 2013 à 21:44

    Mais si, faut pas désespérer... :-)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :