• Balade en Corse (1) : préambule

     

     

     

     

    Sans l'exclure, je ne pensais pas me rendre un jour en Corse.

    Je vous l'avoue : je ne me sentais pas attiré par une visite de cette île réputée pour la beauté de ses paysages, pour l'attrait de ses eaux de baignade ou de ses reliefs propices à la randonnée pédestre, à cause de 2 faits vécus l'un par moi-même et l'autre par un voisin.

    Et puis, «il y a tellement d'autres régions de métropole plus facilement accessibles»... disais-je à Martine, qui s'était déjà rendue par 2 fois sur cette partie de notre belle France.

     

    Ceci écrit, ne pas se sentir attiré ne signifie pas "faire une croix définitive", et nous avons choisi un compromis que d'autres n'ont jamais envisagé : nous sommes allés en Corse en voyage organisé par un autocariste haut-savoyard avec lequel nous avons déjà fait quelques sorties, ce qui présente à la fois des avantages et des inconvénients...

     

    Ce que je retiens de cette semaine ? Entre autres, beaucoup de paysages magnifiques, et un mélange "mer et montagne" qui, sans être unique, est un bel atout pour le tourisme qui représente la première ressource économique de l'île.

    Vers la fin de notre séjour, notre guide "locale", Françoise, très érudite sur l'Histoire et la géographie de son île d'adoption, nous a demandé combien il y avait, à notre avis, de virages en Corse : j'ai répondu 10 000, d'autres personnes 5 000 ("c'est moins"), 2 000 ("c'est moins"), pas seulement 1 000, quand même ? ("c'est moins"...) ; eh bien, nous l'avons appris et bien retenu : en Corse - comme en Haute-Savoie, finalement - il y a 2 virages : le virage à gauche et le virage à droite  intello

    Des virages des 2 genres, le chauffeur de notre car en a fait, et refait, toujours bien maîtrisés, et il a eu du mérite ; je vous laisse imaginer, sur des routes souvent étroites avec des virages, les croisements avec des voitures, aux conducteurs plus ou moins inspirés dans leurs manœuvres, ou même d'autres cars... Et les troupeaux de chèvres en migration...
    Bref, j'ai aussi retenu de la Corse que le patrimoine routier, ma foi en plutôt bon état (depuis un effort datant de quelques années), est assez tourmenté : ça monte ou ça descend souvent, mais ça tourne toujours !

    Nous nous sommes, aussi, rendu compte que nous avons eu peu de contacts avec la population, à l'inverse de notre séjour en Crète, effectué différemment il est vrai, et nous le regrettons ; c'est là un des inconvénients de de type d'organisation...
    Mais les contacts que nous avons eus ont toujours été très agréables et emplis de saine curiosité réciproque.

     

    Alors, je vous invite à découvrir la Corse au gré des photos que j'ai pu prendre, ou à revoir des lieux que vous connaissez déjà, bien mieux que moi, car vous avez certainement pu y passer plus de temps !

     

     

     

              1.  au fond, une partie du Cap Corse vue du Désert des Agriates

    Balade en Corse (1) : présentation

     

                                             2.  statue de Pascal (Pasquale) Paoli (1745 - 1807) à Corte

    Balade en Corse

     

              3.  table corse

    Balade en Corse (1) : présentation

     

              4.  calanques de Piana

    Balade en Corse (1) : présentation

     

              5.  les cochons au bord de (et sur) la route, ce n'est pas une légende !

    Balade en Corse (1) : présentation

     

              6.  Bonifacio

    Balade en Corse

             à suivre...

     

     

    « Randonnée : les barrages d'Émosson (4)Balade en Corse (2) : Bastia (#1) »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Octobre à 09:55

    Bonjour Daniel, 

    J'avais dit oui pour le grand tour de Corse en juin 2018 et je me suis désistée, çà grimpe de trop pour mes genoux. C'est beau certes, mais je ferais plus tard après des soins.

    Bisous de Lydie

      • Lundi 9 Octobre à 06:54

        Bonjour Lydie

        Dommage que tu n'aies pas confiance en toi d'ici juin 2018, car la visite de l'île est vraiment une belle découverte.

        Mais tu as raison en un sens : cela demande d'être assez en forme et de pouvoir bien marcher, sinon il y a des parties qui peuvent être manquées (nous l'avons constaté dans notre groupe).

        Si ce n'est que partie remise, c'est bien !

        Je te souhaite une bonne forme, bises de nous 2. 

    2
    bibi l'ardéchoise
    Vendredi 13 Octobre à 12:26

    Quels beaux paysages de Corse. Mon père avait été mobilisé en 1939 en Corse pendant la guerre, et il disait toujours : la Corse, c'est comme l'Ardèche, mais avec la mer en plus ! cela avait valu à ma soeur aînée de garder le cochon, car il avait vu qu'ils étaient libres en Corse à l'époque.

      • Samedi 14 Octobre à 07:00

        La comparaison que ton père a faite me paraît très judicieuse...
        Le relief (toutefois plus important en Corse), la végétation, rapprochent effectivement les 2 régions.

        Nous avons vu les fameux cochons, et les chèvres aussi, occuper la route selon leur volonté !

        Merci pour ta visite, je te souhaite un très bon week-end.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :